Réunion du Conseil Municipal (le 12 juillet 2011)

Ordre du jour :
- Schéma coopération intercommunale;
- Approbation rapport délégataire 2010/service eau;
- Location logement du 01.09.11 au 31.08.12
- Convention "Présence Aude" avec ERDF;
- Schéma éolien régional;
- Devis jupe pour étrave chasse neige;
- Passage à la TNT

3 commentaires:

Fred l'Andorran a dit…

S’agissant du Schéma Régional Eolien,il est à juste titre attendu dans le cadre d’un diagnostic préalable et afin de définir les potentialités du territoire, de rencontrer ses élus et acteurs.
Acteur privilégié au sein du Ministère de l’écologie (et donc du fameux concept de Développement Durable), je pense que cette étape, si elle n’est pas menée dans l’immédiat, sera un moment fort incontournable avant de décliner quelque orientation que ce soit.
Mais n’oublions pas le contexte local de la Haute vallée de l’Aude : déprise agricole, fermeture des paysages, activités industrielles en déclin et poumon économique à la recherche d’un second souffle…
Le développement urbain montre sur certaines communes un important mitage (= constructions isolées) qui dénote plus de l’absence de cohérence que d’un véritable développement harmonieux au sein de paysages à préserver.
Préservation justement,le loby éolien serait le fait d’industriels étrangers et dont la seule vocation serait de détruire le paysage…je passerai sous silence les propos de certains adversaires à l’éolien qui verraient en cela, une dévaluation de leur terre.Peut on croire construire partout où sont implantées ces installations? On reproduirait alors les erreurs du mitage?
En filigrane, le concept de développement durable ne doit pas être relayé aux futures générations : on ne peut espérer fermer  des centrales nucléaires qu’à partir du moment où des énergies de substitution (énergies renouvelables…) sont déjà en place et surtout produisent. N’en déplaise à certains (sauf à ce que 95 % de la population française change radicalement son mode de vie), on ne peut prétendre supprimer le nucléaire sans s’y être préparé.
Les choses, les gens et les mentalités doivent donc évoluer. Bien sûr que d’autres ressources existent mais peut on penser que des panneaux photovoltaïques (dont la durée de vie=50 ans) implantés sur le cœur ancien d’un village en circulade soit plus intégré au paysage qu’un ensemble d’éolienne sur une crête éloignée? Peut on penser qu’une dispersion de plusieurs éoliennes (de moins de 12 m de haut, je vous rassure... puisque au delà les procédures d’urbanisme sont plus lourdes!) sans cohérence, ni logique d’intérêt général soit plus pertinente?
La Haute vallée de l’Aude a été précurseur au XIXème siècle en matière d’utilisation de l’énergie hydraulique. Il y a bien sûr des inconvénients à l’implantation de ces ouvrages (problème de franchissement pour les poissons migrateurs, transport de sédiments bloqué, variations anthropique des débit…) mais au bout du compte, et avec l’effort de tous les acteurs de la HVA, des solutions palliatives sont recherchées et mises en œuvre.
Je crois, en lisant certains tracts, en voyant certains graffitis (qui cela dit en passant dénaturent eux aussi le paysage!) que tout ceci laisse avant tout transparaître la peur de l’inconnu.
Le département de l’Aude compte plus de 200 jours de vent par an (problème ou avantage?); les friches en zone agricole gagnent du territoire; la fermeture des paysage génère une faune mono-spécifique et en fait disparaître tout un panel en parallèle; les jeunes couples cherchent à s’installer près des pôles d’emploi…et donc souvent loin de nos belles campagnes…Les communes peuvent maitriser ces projets en définissant sur leur territoire communal des Zones de Développement de l'Eolien (ZDE) et, pourquoi pas, des retombées financières associées, proposer au travers de subventions versées aux particuliers, une redistribution de ces richesses pour améliorer l'habitat, l'isolation thermique, l'insalubrité de certains logements au coeur de villages anciens.
A trop rapidement fermer la porte à ces « nouvelles technologies », c’est un territoire au Bâti dégradé, aux paysages envahis de ronces voire un Territoire sans Hommes et de fait sans âmes que nous allons laisser aux générations futures ….
Un défenseur de la Nature, des Paysages et des Territoires Ruraux…n’en déplaise à certains lecteurs de mon message.

Dedou a dit…

Cher monsieur l'Andorran,
On doit savoir dans votre ministère que la consommation électrique de la région Languedoc Roussillon,a été en 2010 de 16,7 TWh en hausse de 6,5% par rapport à la consommation de 2009.
Dans le mème temps, la production d'électricité éolienne dans la région a été de 1,059 TWh, soit :
1,059/16,7 = 6,3% de la consommation.
Cela veut dire que la production d'électricité éolienne du Languedoc Roussillon n'a mème pas couvert l'augmentation annuelle de la consommation d'électricité de la région.
A ce train la,l'éolien, n'est pas pres de remplacer un seul réacteur nucléaire.
Plutot que de produire encore d'avantage pour satisfaire l'insatiable appétit des consommateurs, il serait certainement plus intéressant de favoriser la diminution de la consommation, seule démarche véritablement durable.
On pourrait par exemple rendre obligatoire une bonne isolation de toutes les nouvelles constructions: habitations, bureaux, locaux commerciaux....,ansi que l'obligation d'installer systématiquement des panneaux solaires pour la production d'eau chaude,avec une compensation financière de l'état
On pourrait également développer l'exploitation de la foret qui est trés présente sur nos territoire et qui ne cesse de progresser par la diminution des élevages, en particulier des élevages ovins et qui est manifestement sousexploitée.
On pourrait aussi exiger que les grandes surfaces qui massacrent déja les abords de nos villes, couvrent leurs toitures de panneaux photovoltaiques.
On pourrait aussi installer un prix progressif de l'électricité pour inciter les gens à faire la chasse au gaspillage plutot que de consommer toujours d'avantage.
Suivons votre idée, mais plutot que de donner de subventions aux industriels de l'eolien par un prix d'achat exhorbitant, donnons les toutde suite aux particuliers pour réaliser les actions citées plus haut, ça préservera le paysage,ça créera beaucoup plus d'emplois, et ça marquera le début d'une vrai réflexion sur l'indispensable diminution de notre consommation d'énergie.

Fred l'andorran a dit…

C'est effectivement au travers des démarches accompagnant les particuliers pour améliorer leur quotidien que les choses avances, tout comme en exploitant (à juste titre) des ressources comme le bois ...malheureusement oublié en terme de bois énergie depuis quelques décennies. Par contre, jeter la pierre sur les "industriels" ne me semble pas le débat:les communes et leurs élus doivent prendre à bras le corps le "problème" et prendre la maîtrise d'ouvrage pour ne pas voir "certains particuliers" s'engouffrer dans des brèches législatives...qui existent et qui peuvent venir dégrader notre paysage.
Enfin, je confirme votre analyse sur la consommation française et mondiale en terme d'énergie non renouvelable = au train où vont les choses, à l'horizon 2100, c'est l'équivalent de 3 fois les ressources de notre Planète qui seront nécessaire...alors, il est temps d'engager le débat.